Quick Test, Honda 150 CRF.

La gamme Honda « motocross » rentre maintenant dans le cadre du sur mesure chez UPower Motorsports. Si les 250 et 450F sont bien connus du grand public, le 150 CRF l’est moins. Durant notre séjour au Portugal, nous en avons profité pour tester celui de Gauthier Gourjault.

Dans une version proche de l’origine mais doté de quelques part’s tout de même, nous voulions nous faire une idée plus précise sur ce petit 4 temps. La piste de Favia à Pataias se prêtera idéalement au jeu, légèrement sablonneuse, sauts arrondis, le top pour ne pas prendre de risque mais pouvoir calculer la puissance malgré tout. Il faut aussi noté que si, très personnellement, je sors d’un hiver dans le sable au guidon d’un 125 2T, je ne suis jamais monté sur cette Honda 150 auparavant et je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre, hormis le fait que ça souffle fort pour l’avoir observé sur les courses. Seconde chose à prendre en note, ne vous attendez pas à quelques points de comparaison, Honda étant le seul fabricant à faire ce type de moto.

Le sable n'est pas un problème pour le 150 CRF.

Le sable n’est pas un problème pour le 150 CRF.

Puissance sans accroc.

Au démarrage, le son est plus feutré qu’une pitbike, on a même l’impression qu’il fait moins de bruit. La ligne Arrow y est bien évidemment pour quelque chose mais la ligne d’origine joue déjà très bien son rôle. Un excellent point quand on connait les difficultés environnementales liées au bruit que connaissent les moto-clubs aujourd’hui. Je passe le première et je m’engouffre sur la piste. Fraichement refaite de la veille, la piste est peu défoncée donc forcément, j’ouvre en grand ! Tout de suite, la pointe de vitesse atteinte est époustouflante et la terre lourde ne m’empêche pas de ressortir des intérieurs les plus mous. La montée en régime se fait avec force et il me semble que le moteur ne sera jamais à court de puissance, ce serait à tester sur un terrain avec de plus grandes dimensions. Pour faire simple, on a affaire à un moteur doux et puissant à la fois, super facile d’utilisation. L’embrayage fonctionne lui aussi parfaitement, sans accroc. La poignée de gaz, très courte, n’est pas gênante même avec la puissance et le dosage se fait aisément. Enfin, moi qui aime rouler au couple, je suis servi, sortir des virages en deux (voir en trois selon la démultiplication !) n’est pas un problème. Pour résumer, le moteur, c’est le gros point fort de ce 150 !

Travail en accord.

J’ai fait le test avec les réglages de son propriétaire qui avait confié lui même la base de ses suspensions à STS. Pour autant celui-ci n’aura pas eu l’opportunité de peaufiner les réglages, la moto étant à peine rodée avant de partir pour le road trip. Rien à signaler de ce côté la, le couple fourche amortisseur fonctionne à merveille. Les tables et autres doubles du circuit passent sans problèmes, même mes tentatives pour me mettre « court » ne feront pas broncher la partie cycle. La seule chose que je n’ai pas trop aimé, c’est la sensation d’avoir les cale-pieds un peu hauts, ce qui donne un feeling bizarre aux premiers tours de roues. Un petit défaut vite oublié une fois le placement du guidon trouvé. Pour être pleinement objectif, il faudrait faire le test de cette machine sur un terrain plus défoncé, mais à première vue, la base est excellente !

Sylvain Mallebranche à enchainé les tours à son guidon.

Sylvain Mallebranche à enchainé les tours à son guidon.

Avis global:

Au final, le 150 CRF est une bonne machine que je pense à l’instar de la Orange Brigade, Ready To Race. Vous pouvez aller l’acheter le samedi et vous aligner derrière une grille le dimanche ! Elle est surtout valable pour la jeune garde habituée au 85cc, qui, avant de monter à la catégorie supérieure, se fera une bonne idée du moteur 4 Temps. Autre public type à qui je conseillerais cette moto, les débutants et ceux qui veulent essayer le tout-terrain en évitant la case pitbike. Cette Honda est tellement facile, sans excès de puissance, qu’elle se veut très formatrice !

Lien: Pièces diverses pour CRF

Par Damien Rulland.

 

 
 

Laisser un commentaire