A la rencontre de Philippe Le Mercier

Si l’on parle d’UPower, la majorité d’entre vous pensent dans le désordre : pitbike, Pitsterpro, moteur 4S voir Bucci et importation de minis. Mais derrière l’enseigne se cache une équipe de passionnés mélangeant travail, passion et plaisir. Nous vous proposons aujourd’hui le début d’une série d’interviews basées sous forme de rencontres où les principaux protagonistes parlent de leurs parcours, leurs rôles…

Le premier de la liste à se prêter au jeu ne pouvait être que Philippe Le Mercier, homme d’expérience et créateur de l’enseigne.

Mon parcours, de la technique à la passion.

De dessinateur industriel à mécanicien moto, je suis devenu préparateur de moto avec des objectifs de compétition. La concession Honda est venue naturellement. Côté « pratique sportive », je suis passé par le trial et l’enduro. Je roule toujours en enduro et si possible dans les coins les plus sauvages, proche de la nature, le tout au guidon de ma 450 PZF.

UPower, on a fait des trucs dingues !

J’ai démarré cette activité en partant du principe qu’avec peu de modifications, nous pouvions améliorer des systèmes mécaniques. Au début, notre principal axe de travail était les moteurs de 125 cm3, il y avait un marché. On a fait des trucs complètement dingues comme recharger en soudure des culasses pour en modifier l’aérodynamique ! Mais attention, nous n’avons pas fait ça en prototype mais en petite série !

Lorsque la vente de pitbikes s’est développée en 2005, j’ai proposé aux importateurs de travailler sur des moteurs pour eux, mais aucun n’a compris que les riders allaient demander plus que de simple « jouets ».

Passer la main

Mon rôle aujourd’hui est simple, du moins à définir. Je suis là pour mettre de l’huile, anticiper et prévoir. Je prend du plaisir au sein d’UPower à être avec des gars qui rêvent encore car nous avons le privilège de se lever le matin avec la possibilité de réaliser une nouvelle idée. Cela dit, mon avenir aujourd’hui passe par le relais. Il faut savoir passer la main aux jeunes et puis, je trouve que je travaille trop…

©Crazy Prod

Philippe Le Mercier crédit photo ©Crazy Prod

Laisser un commentaire